Vins Bordeaux primeurs 2015

Publié le 25 avril 2015 Dans : L'actualité de Cavissima Avec 1414 Vues

vallon-marcillac-clairvaux-cros-cassagnes-vignes-2011-09-060

Le reportage Envoyé Spécial désigne Cavissima comme le leader de la cave à vin en ligne pour investir dans le vin, seul dispositif offrant le conseil, la vente, le stockage, la revente des vins et la livraison. Il fait objet de plusieurs déclarations que nous souhaitons commenter.

Affirmer que le cours des Grands Crus de Bordeaux s’est effondré ces 6 dernières années ne nous semble pas fondé

Château Lafite-Rothschild 2009, un produit à risque que nous ne conseillons pas

Certes le Château Lafite-Rothschild 2009, vendu en primeur à un prix record, a effectivement chuté suite à l’éclatement d’une bulle spéculative qui s’était formée notamment en Chine : c’est l’exemple type du produit à risque que nous ne conseillons pas à nos clients. De là à classer toute la catégorie des Grands Crus Classés nous semble impropre.

Nous avions proposé aux journalistes une autre courbe, celle du Livex Investables Wines ou du Livex 1000 qui se rapprochait mieux des vins que nous mettons en avant. Ces dernières n’ont pas été retenues.

Notre client qui n’arrive pas à revendre en 7 jours

Cet exemple est intéressant et nous pose la question de savoir si nous clamons suffisamment haut et fort que l’investissement dans le vin doit s’inscrire dans une durée de moyen à long terme et que la liquidité n’est ni immédiate, ni garantie par notre place de marché.

Le témoignage nous surprend d’autant que chaque client abonné accède librement à la base de données Revente, qui lui permet de constater la date de vente du vin, le délai de revente et la remise par rapport au prix moyen de marché suggéré.

Investir dans le vin ne consiste pas à faire des profits rapides 

En tout cas, nous avons compris qu’il fallait certainement préciser à nos clients que tenter de revendre dans les 2 à 3 années pouvaient s’avérer contre-productif. La raréfaction est le vrai moteur de la prise de valeur, c’est elle qui permet de faire basculer le rapport offre et demande à l’avantage du vendeur. Patience, donc !

Chez Cavissima, les vins en cave peuvent être revendus ou bus : d’ailleurs rien n’empêche un client de se faire livrer ses vins. Notre livraison est devenue sans frais additionnels depuis octobre 2013 !

L’instrument de valorisation mis en cause est également un vaste sujet

Devrions-nous encore clamer qu’il n’existe pas de cours universel et officiel dans le vin puisque celui-ci est un marché de gré à gré ?

Face à cet enjeu de valorisation, nous avons longuement analysé les différents outils disponibles sur le marché. Cavissima a pris le parti d’utiliser un flux de données qui lui semble approprié et relativement adapté : les données WineDecider.

Elles sont disponibles sur internet, gratuites et visibles sans abonnement préalable. Le flux est techniquement fiable. Le cours donné est l’objet d’une moyenne arithmétique des prix constatés sur internet de 450 vendeurs professionnels dans le monde. Le spectre de produits balayés est très large et comprend les Bordeaux en primeurs, en livrables, les vins de Bourgogne et ceux de la Vallée du Rhône.

Faut-il ajouter encore plus de disclaimers ou d’avertissement sur l’utilisation proposée de cet outil et de mise en garde sur le fait qu’il ne s’agit pas d’une valeur liquidative ? J’en ai identifié une dizaine que nous avons mis en place sur le site de Cavissima pour ma part.

La promesse d’un rendement futur est enfin évoquée à plusieurs reprises

Nous sommes en plein dialogue de sourd.

Nous, Cavissima, ne faisons rien valoir de plus que les performances passées ne peuvent préjuger des performances futures et que les performances passées ont montré que les indices s’élevaient en moyenne de 4 à 8% en par an. Dommage le reportage a omis de préciser qu’il s’agissait d’une moyenne sur 20 ans. Cette simple précision permet encore une fois de comprendre que rien n’est linéaire et tout est affaire de patience.

 

Pour en finir avec la lecture du reportage d’Envoyé Spécial, nous souhaitons ajouter que l’investissement et la revente de vin est un placement purement plaisir. Comme tout placement atypique, il n’y a pas de promesse de rendement, il y a un réel risque sur l’appréciation ; il y a surtout l’opportunité de détenir un actif tangible qui peut s’apprécier dans le temps.

Et vous, préférez-vous investir dans une cave  ou dans une vache ?

 

NB : Certains de nos clients se sont spontanément manifestés sur les réseaux sociaux ou nous ont contacté pour nous manifester leur soutien. Nous les en remercions, et nous avons rassemblé leurs témoignages.

> Lire les témoignages de nos clients

 

fiche autheur Thierry Goddet

1 Responses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *