Cavissima: le blog sur le vin

Robert Parker vient de publier ses fameuses notes sur 100 des grands crus de Bordeaux suite à la dégustation du millésime 2013 à Bordeaux en juin 2014, .

Retrouvez ci-dessous le palmarès des notes pour les grands vins rouges :

  • Ausone (93-95)
  • Pavie (92-94)
  • Troplong-Mondot (92-94)
  • L’Eglise Clinet (92-94)
  • Les Angelots de Gracia (92-94)
  • La Dominique (92-94)
  • La Mondotte (92-94)
  • Gracia (92-94)
  • Bellevue Mondotte (92-94)
  • Calon Segur (92-94)
  • La Fleur de Bouard Le Plus (92-94)
  • Clos de Sarpe  (91-94)
  • Beau-Sejour-Becot (91-93)
  • Haut Bailly (91-93)
  • Belair-Monange (91-93)
  • Les Carmes Haut Brion (91-93)
  • Mouton-Rothschild (91-93)
  • Clinet (91-93)
  • Pichon-Longueville Baron (91-93)
  • Trotanoy (91-94)
  • Beausejour (Duffau Lagarrosse) (90-92)
  • Leoville-Barton (90-92)
  • Pavie-Decesse (90-93)
  • Clos St Julien (90-92)
  • Vieux Chateau Mazerat (90-92)
  • Clos la Madeleine (90-92)
  • Chateau Valandraud (90-92)
  • Lascombes (90-93)
  • Gazin (90-92)
  • Domaine de Chevalier (90-92)
  • Petrus (90-93)
  • Branaire-Ducru (90-92)
  • Pontet-Canet (90-92)
  • La Fleur de Bouard (90-92)
  • Le Dome (90-92)
  • Haut Brion (90-92)
  • Leoville-Poyferre (90-92)
  • Malartic-Lagraviere (90-93)
  • Feytit Clinet (90-92)
  • Angelus (90-93)
  • LaTour Martillac (90-92)

Véritable entrepreneur moderne, le comte Abbatucci pratique une viticulture en biodynamie et reste l’un des précurseurs de la renaissance des cépages autochtones corses. Ces vins, d’une finesse et d’une longueur remarquables, sont proposés dans toutes les grandes tables étoilées de France et de New York. Nous avons déchiffré  au cours de notre visite estivale les secrets de sa réussite.

Jean-Charles Abbatucci

Issu d’une vielle famille Corse, dont plusieurs ancêtres eurent des trajectoires glorieuses, Jean-Charles Abbatucci a repris très jeune la propriété familiale. Son père, n’ayant eu le temps de lui transmettre ses connaissances, c’est en véritable autodidacte qu’il a entrepris de moderniser le vignoble et de le hisser au rang des meilleurs dans l’Ile de Beauté.
Dès la fin des années 90, il entreprend une conversion bio, puis très vite prend le virage de la biodynamie.

Son vignoble de 18 hectares est planté sur des sols d’arènes granitiques dans la vallée du Taravo. Il est situé entre Ajaccio et Sartène, à 100 mètres d’altitude. Les vignes sont alors plantées majoritairement en cépages Cinsault , Carignan et bien sûr dans les 3 cépages majoritaires corses : le nielluccio, le sciacarello (dire djiacarel en langage local) et le Vermentino. Jean-Charles Abbatucci prend conscience que la nature est généreuse en Corse puisque les rendements sont de 65hl/ha : le maquis pousse sans difficulté, donnant naissance à des parfums remarquables et les plantes ne sont jamais malades. C’est sur ce constat qu’il met en place la biodynamie et utilise les plantes locales pour infuser les pieds de ces vignes : « la merveille, le myrte et la nocca offrent des vertus thérapeutiques  à mes vignes ». Ici les sols sont labourés au cheval de trait et les soins sont apportés suivant le calendrier lunaire.

Le surgreffage doit permettre de faire vivre un pied plus de 100 ansLe génie de Jean-Charles Abbatucci réside aussi dans la mise au point d’une technique originale de sur-greffage pour exploiter le conservatoire des cépages autochtones plantés par son grand-père : imaginez un rectangle de près de 1ha sur lesquels sont plantés les 17 cépages historiques, dont le Morescola, le Morescono, le Carcajolo Nero, l’Aleatico, le Barbarossa, le Biancone, etc.  L’idée est d’utiliser les pieds quarantenaires plantés par ses parents et d’y greffer des cépages autochtones.  Très vite, cette méthode lui permet de réaliser des vins d’assemblage typiques 100% corses, marque de fabrique du domaine, avec à chaque fois une trame majeure dans l’un des 3 cépages majoritaires corse.

Au chai, la vinification est douce et les méthodes sont modernes. Un passage en basse température permet de filtrer les vins et de leur donner à la fois une fraicheur et une puissance aromatique incomparables. Un élevage avec des bois neufs et anciens offrent une garde conséquente, tant aux vins rouges qu’aux blancs. Les résultats sont sans commune mesure.

Ces cuvés portent ensuite le nom de ses illustres ancêtres : Cuvée du diplomate (vin blanc à base de Vermentino et de 4 cépages autochtones), Cuvée du Général  (vin blanc à base de Vermentino et des 5 autres cépages autochtones) et Cuvée du Ministre Impérial (vin rouge issu du Sciacarelo, Nielluccio et de 5 cépages autochtones). La dégustation des vins nous laisse sans voix : puissance, finesse, élégance et bouquets d’arômes et de senteurs corses.

Le domaine est en constante mutation, nous explique Jean-Charles Abbatucci  qui nous décline son plan d’affaires : nous allons densifier les pieds de vignes pour maitriser encore nos rendements, creuser des chais d’élevage au milieu des vignes, défricher d’autre terroirs plus en altitude, etc.

Tout laisse à penser que la viticulture moderne se développe à toute vitesse dans cette partie de France. Il reste encore de très nombreux terroirs à identifier dans l’Ile de Beauté. Notre locomotive locale est d’ailleurs fière de constater que ses vins se vendent déjà dans toute la planète. Ses excellentes relations avec ses confrères et notamment Yves Canarelli (Appellation Figari) vont permettre à ces nouveaux vignerons d’évangéliser la planète vin et de hisser les grands vins de Corse à un statut très élevé dans la famille des Grands Crus de France.

Baronne-Philippine-de-RothschildC’est avec tristesse que nous apprenons le décès de Madame Philippine de Rothschild. Cette grande dame du monde du vin nous a quitté à l’âge de 80 ans.

Femme de caractère, elle reprend le domaine familial à la mort du Baron Philippe de Rothschild en 1988. Elle abandonne sa carrière d’actrice afin de se consacrer à plein temps à la gestion et au développement des châteaux de la famille : Château Mouton-Rothschild, Château Clerc-Milon et Château d’Armailhac.

Elle continuera le développement à l’international commençé par son père. Aux Etats-Unis, c’est avec Robert mondavi en Californie que le Château Mouton-Rothschild s’associe afin de produire le magnifique Opus One. Au Chili, c’est avec le domaine Concha Y Toro que le grand Almaviva est produit.

AMouton_Rothschild_2011 Bordeaux, elle apportera modernité aux châteaux et sélectionnera rigoureusement les artistes qui auront le privilège de représenter les étiquettes du Château Mouton-Rothschild à chaque millésime. Ambassadrice de sa marque, nous l’avions croisé lors de la dégustation Primeurs en mars 2014.

Une dame dont le charisme rayonnait et forçait le respect et l’admiration.

La MAIF continue à investir dans le vin. Elle a pris le contrôle du Château Dauzac après le retrait des Vignobles André Lurton, qui disposait de 42% du capital depuis 1992.

Le Château Dauzac, 5ème Grand Cru Classé de Margaux, a investi dans la rénovation depuis quelques années. Sous l’impulsion de son directeur général, Laurent Fortin, le travail à la vigne a été repris sans répit et d’importants investissements aux chais ont vu le jour. La vendange 2014 sera vinifiée dans des cuves ultra modernes, tronconiques et thermo-régulables.

Chez Cavissima, nous surveillons l’évolution du château Dauzac dont la qualité progresse d’années en années. Le rachat par l’assureur MAIF est un gage de sérieux qui continuera à faire progresser ce cru dont les niveaux de prix restent modérés, et qui pourrait très bientôt proposer un rapport intéressant pour l’investissement dans le vin.

Le monde du vin bouge, nos derniers articles sur le Château de Beauregard, le Clos des Lambrays le montrent. Restons attentifs, cela influence nos futurs positionnements.

Investissement dans Chateau Dauzac
Coup de chaud sur la vigne

C’est l’été et la plupart de nos régions viticoles  traversent une saison ensoleillée … de plus en  plus chaude année après année,  selon le ministère de l’environnement.
Le réchauffement climatique suscite de nombreuses inquiétudes jusque dans le vignoble puisque de récentes études -ou divers rapports- mentionnent que la totalité du vignoble traditionnel sera affecté à un horizon de 50 ans !

Inquiétude pour nos appellations prestigieuses et ancestrales !
Imaginez le Médoc sans Cabernet Sauvignon ou la Bourgogne sans Pinot Noir ???

Le début du scénario catastrophe met en scène une forte augmentation du taux d’alcoométrie  qui tendrait parfois à être sous-estimée. Les goûts des vins commenceraient ensuite à changer pour devenir plus suaves : les raisins à plus forte maturité perdraient en acidité et, in fine, les sols ne seraient plus adaptés à la culture de leur cépage historique…sic !
Le ‘nouveau monde’ viticole réagit : l’Australie plante plus au sud en Tasmanie pour rechercher davantage de fraîcheur. La Napa Valley, constatant que les nuits sont moins fraîches qu’avant,  se questionne sur l’adaptation d’autres cépages.
En France où l’on a l’habitude de considérer les choses de la terre comme immuables on n’imagine pas que le royaume du pinot noir ou du chardonnay puisse se retrouver un jour en Belgique.

Amateurs de grands vins, soyez rassurés, la cave à vin que vous constituez aujourd’hui pour vos enfants porte encore le témoignage des grands équilibres entre l’acidité, l’alcool et la maturité…Mais pour combien de temps encore ?

Vendange à venir

Agreste, le service statistique du ministère de l’Agriculture a publié fin juillet les premières prévisions pour la récolte du millésime 2014.

Tout d’abord, les quantités sont à la hausse. Un soulagement pour les vignerons qui ont subi un millésime 2013 historiquement bas en quantité. La production 2014 s’élèverait à 46,40 millions d’hectolitres, soit une augmentation de 9.5% par rapport à 2013.

Le Bordelais se porte bien avec une hausse de 50% par rapport à 2013, malgré la grêle qui toucha 1500 hectares sur la pointe du Médoc. L’état sanitaire des raisins est bon et les producteurs espèrent un très bon millésime ! La même tendance est observée dans le vignoble du Sud-Ouest.

En Bourgogne, les prévisions sont excellentes pour la qualité du raisin mais hélas, les quantités seront une nouvelle fois faibles. Les épisodes de grêle fin juin, ont dévasté une grande partie du vignoble. Cependant, les estimations sont en hausse comparé à 2013. Encore une année à faible quantité pour la Bourgogne qui aura sans aucun doute un impact sur les prix.

En bref, dans les autres régions :

  • En Vallée du Rhône, les quantités seront relativement stables par rapport aux millésimes précédents.
  • La région Languedoc-Roussillon a des prévisions hétérogènes avec un déficit important dans les départements de l’Aude et de l’Hérault.
  • Pour finir, la Vallée de la Loire se porte bien avec de beaux raisins et une récolte estimée à +7%.

Un premier bilan optimiste pour le vignoble français ! A suivre …

Dans sa chronique du 9 juillet 2014 sur BFM Business, Thierry Goddet, président de Cavissima, explique l’intérêt d’investir dans les vins de Bordeaux 2013.

Bien que ce millésime ait été boudé par les critiques, il présente des opportunités intéressantes pour ceux qui souhaitent diversifier leur patrimoine.

Retrouvez toutes les chroniques de Thierry Goddet sur notre chaîne Youtube.

Arnoux-Lachaux Romanée

Situé à Vosne-Romanée, le domaine Arnoux-Lachoux produit des vins d’une pureté et d’une élégance incomparable. L’histoire de ce domaine remonte à 1858 et c’est aujourd’hui la cinquième génération qui est en charge de la propriété. Pascal Lachaux, a tout appris de son beau-père Robert Arnoux et il reprend la tête du domaine au décès de ce dernier en 1995.

Une histoire de famille qui se perpétue avec l’arrivée de Charles, fils ainé de Florence et Pascal Lachaux. Son premier millésime (2012) marque un changement de style dans les vinifications et les vins sont extrêmement prometteurs.

Les 14,5 hectares de vignes sont cultivés dans le respect de l’environnement, sur 15 appellations autour des villages de Vosne-Romanée et Nuits-Saint-Georges majoritairement. Une attention particulière est apportée au vignoble, et donc au raisin, afin de garantir une qualité exceptionnelle d’une vendange à l’autre.

Le domaine possède 0,34 hectares sur les 9,30 hectares de l’appellation Romanée-Saint-Vivant Grand Cru. Une appellation prestigieuse, située juste en dessous de la fameuse Romanée-Conti. Seules 4 à 5 barriques de ce grand vin sont produites chaque année. Un vin complexe à la texture de velours qui mélange épices, prune, violette et cerises noires. La patience sera de rigueur afin de découvrir tout son potentiel.

L’année 2012 a souffert d’une météo peu clémente. L’enherbement entre les vignes a permis d’absorber l’excès d’eau de ce millésime difficile. Cependant, le domaine enregistre des pertes de 40% en moyenne et jusqu’à 70% pour les vieilles vignes, notamment dans l’appellation Vosne-Romanée Premier Cru Les Suchots.

Pascal Lachaux nous décrit le 2012 comme fruité et équilibré. Les vins, d’une finesse remarquable, seront très appréciés dans leur jeunesse mais bénéficieront de quelques années en cave surtout pour les Grands Crus. Il souhaite offrir à ses clients « du plaisir et de l’émotion » et après dégustation, l’équipe de Cavissima est sous le charme !

Rançon du succès, le domaine se lance dans une lutte anti-contrefaçon. Tout d’abord, les capsules des bouteilles possèdent un code barre unique inviolable. Ensuite, le nom du domaine apparait en ultraviolet sur chaque étiquette, ce qui permet de repérer en quelques instants un faux. Et pour finir, afin d’éviter les copies, un vernis spécial les recouvre.

Acclamé par les critiques du monde entier, les vins du domaine nous offrent le meilleur de la Bourgogne. Ils expriment la pureté du Pinot Noir et l’expression du terroir. La découverte du domaine commence par un délicieux Nuits-Saint-Georges Villages. On continue par l’un des coups de cœur d’Allen Meadows (Burghound) avec le Vosne-Romanée Premier Cru Chaumes. Et pour terminer l’incontournable Echezeaux Grand Cru. « Avec cet Echezeaux Grand Cru, Arnoux-Lachaux est au summum de son art ! » selon notre sommelier John Euvrard.

Les vins d'Arnoux-Lachaux

John Euvrard, notre sommelier conseil chez Cavissima et Meilleur Ouvrier de France, vous propose de découvrir le millésime 2012 des Domaines Paul Jaboulet Aîné en Crozes-Hermitage, baptisé La Mule Blanche.

Retrouvez toutes les dégustations de John Euvrard sur notre chaîne Youtube.

Pour découvrir d’autres vins des Domaines Paul Jaboulet Aîné, rendez-vous sur notre site.

Pour la 3ème année consécutive, La Bourgogne est la triste victime d’une série d’orages dévastateurs. Dimanche 30 Juin une pluie de grêlons de la taille d’une balle de golf fauche le vignoble de la Côte de Beaune. Comme l’an passé, Pommard, Volnay, Meursault, Aloxe Corton pleurent  le saccage obsessionnel de la nature en colère.

Pire : les nuages montrent encore du doigt les baies qui ont résisté et menacent de ne pas leur laisser le temps de sécher.

Sur certaines parcelles, la perte représente 50 à 95% de la vendange future. Terrible pour les nombreux vignerons concernés,  alors que le millésime s’annonçait très prometteur.

Le travail et les espoirs d’une année de récolte balayés par 5 à 7 minutes d’intempérie ! Métier ingrat.

La faiblesse des récoltes qui va donc enregistrer une 3ème année de contre performance, associée à l’augmentation de la demande internationale pour les grands vins de Bourgogne confortera  logiquement l’augmentation des prix des grands vins de la Côte de Beaune. Déjà on cite (ou l’on constate) une augmentation d’environ 30%.

En plus d’adresser un message de soutien aux vignerons de Bourgogne sur les réseaux sociaux, les amateurs ainsi avertis procèderont probablement à des achats  réactifs, sur les plus belles appellations de Côte de Beaune.