Cavissima: le blog sur le vin

Dans sa chronique du 9 juillet 2014 sur BFM Business, Thierry Goddet, président de Cavissima, explique l’intérêt d’investir dans les vins de Bordeaux 2013.

Bien que ce millésime ait été boudé par les critiques, il présente des opportunités intéressantes pour ceux qui souhaitent diversifier leur patrimoine.

Retrouvez toutes les chroniques de Thierry Goddet sur notre chaîne Youtube.

Arnoux-Lachaux Romanée

Situé à Vosne-Romanée, le domaine Arnoux-Lachoux produit des vins d’une pureté et d’une élégance incomparable. L’histoire de ce domaine remonte à 1858 et c’est aujourd’hui la cinquième génération qui est en charge de la propriété. Pascal Lachaux, a tout appris de son beau-père Robert Arnoux et il reprend la tête du domaine au décès de ce dernier en 1995.

Une histoire de famille qui se perpétue avec l’arrivée de Charles, fils ainé de Florence et Pascal Lachaux. Son premier millésime (2012) marque un changement de style dans les vinifications et les vins sont extrêmement prometteurs.

Les 14,5 hectares de vignes sont cultivés dans le respect de l’environnement, sur 15 appellations autour des villages de Vosne-Romanée et Nuits-Saint-Georges majoritairement. Une attention particulière est apportée au vignoble, et donc au raisin, afin de garantir une qualité exceptionnelle d’une vendange à l’autre.

Le domaine possède 0,34 hectares sur les 9,30 hectares de l’appellation Romanée-Saint-Vivant Grand Cru. Une appellation prestigieuse, située juste en dessous de la fameuse Romanée-Conti. Seules 4 à 5 barriques de ce grand vin sont produites chaque année. Un vin complexe à la texture de velours qui mélange épices, prune, violette et cerises noires. La patience sera de rigueur afin de découvrir tout son potentiel.

L’année 2012 a souffert d’une météo peu clémente. L’enherbement entre les vignes a permis d’absorber l’excès d’eau de ce millésime difficile. Cependant, le domaine enregistre des pertes de 40% en moyenne et jusqu’à 70% pour les vieilles vignes, notamment dans l’appellation Vosne-Romanée Premier Cru Les Suchots.

Pascal Lachaux nous décrit le 2012 comme fruité et équilibré. Les vins, d’une finesse remarquable, seront très appréciés dans leur jeunesse mais bénéficieront de quelques années en cave surtout pour les Grands Crus. Il souhaite offrir à ses clients « du plaisir et de l’émotion » et après dégustation, l’équipe de Cavissima est sous le charme !

Rançon du succès, le domaine se lance dans une lutte anti-contrefaçon. Tout d’abord, les capsules des bouteilles possèdent un code barre unique inviolable. Ensuite, le nom du domaine apparait en ultraviolet sur chaque étiquette, ce qui permet de repérer en quelques instants un faux. Et pour finir, afin d’éviter les copies, un vernis spécial les recouvre.

Acclamé par les critiques du monde entier, les vins du domaine nous offrent le meilleur de la Bourgogne. Ils expriment la pureté du Pinot Noir et l’expression du terroir. La découverte du domaine commence par un délicieux Nuits-Saint-Georges Villages. On continue par l’un des coups de cœur d’Allen Meadows (Burghound) avec le Vosne-Romanée Premier Cru Chaumes. Et pour terminer l’incontournable Echezeaux Grand Cru. « Avec cet Echezeaux Grand Cru, Arnoux-Lachaux est au summum de son art ! » selon notre sommelier John Euvrard.

Les vins d'Arnoux-Lachaux

John Euvrard, notre sommelier conseil chez Cavissima et Meilleur Ouvrier de France, vous propose de découvrir le millésime 2012 des Domaines Paul Jaboulet Aîné en Crozes-Hermitage, baptisé La Mule Blanche.

Retrouvez toutes les dégustations de John Euvrard sur notre chaîne Youtube.

Pour découvrir d’autres vins des Domaines Paul Jaboulet Aîné, rendez-vous sur notre site.

Pour la 3ème année consécutive, La Bourgogne est la triste victime d’une série d’orages dévastateurs. Dimanche 30 Juin une pluie de grêlons de la taille d’une balle de golf fauche le vignoble de la Côte de Beaune. Comme l’an passé, Pommard, Volnay, Meursault, Aloxe Corton pleurent  le saccage obsessionnel de la nature en colère.

Pire : les nuages montrent encore du doigt les baies qui ont résisté et menacent de ne pas leur laisser le temps de sécher.

Sur certaines parcelles, la perte représente 50 à 95% de la vendange future. Terrible pour les nombreux vignerons concernés,  alors que le millésime s’annonçait très prometteur.

Le travail et les espoirs d’une année de récolte balayés par 5 à 7 minutes d’intempérie ! Métier ingrat.

La faiblesse des récoltes qui va donc enregistrer une 3ème année de contre performance, associée à l’augmentation de la demande internationale pour les grands vins de Bourgogne confortera  logiquement l’augmentation des prix des grands vins de la Côte de Beaune. Déjà on cite (ou l’on constate) une augmentation d’environ 30%.

En plus d’adresser un message de soutien aux vignerons de Bourgogne sur les réseaux sociaux, les amateurs ainsi avertis procèderont probablement à des achats  réactifs, sur les plus belles appellations de Côte de Beaune.

Comme chaque mois, Thierry Goddet, président de Cavissima, tient une chronique dans l’émission Intégrale Placements sur BFM Business.

Au programme ce mois-ci : quels vins acheter suite à la notation d’Allen Meadows, le « Robert Parker » de la Bourgogne ?

Retrouvez toutes les chroniques de Thierry Goddet, et plus encore, sur la chaîne Youtube de Cavissima.

Michel-Jack Chasseuil et son extraordinaire cave à vin

Michel-Jack Chasseuil, le plus grand collectionneur de vin au monde, vient de faire l’objet d’une attaque à main armée à son domicile poitevin. La cave de rêve qu’il a constitué est soudain devenue une cave d’enfer.

Ce passionné de vin a constitué au fil des ans une cave à vin extraordinaire avec pas loin de 40 000 bouteilles et des verticales complètes de Petrus, Romanée Conti et Château d’Yquem. Sa cave dispose d’un système sophistiqué de sécurité. Les malfaiteurs, fort heureusement n’ont pu accéder au Graal et se sont enfuis avec quelques bouteilles de second ordre.

Depuis plusieurs années, monsieur Chasseuil avait mis en avant l’idée que ce trésor, véritable patrimoine français, soit transformé en musée, sécurisé et accessible à un grand nombre. Sa cave de rêve avait été largement médiatisée et son propriétaire souhaitait la mettre à l’abri et se protéger lui-même contre toute sorte de risque de cambriolage.

Plusieurs mécènes se sont d’ailleurs regroupés pour mettre en place le projet de Michel-Jack Chasseuil. Il est fort à parier que cette tentative de cambriolage accélère la mise en place de ce projet.

Quel village de la Côte de Nuits peut se targuer d’avoir, en proportion de son vignoble, le plus grand nombre de Grands Crus ?

Aucun autre !

Pourtant,  Morey-Saint-Denis avait de la concurrence. Situé entre Gevrey-Chambertin et Chambolle-Musigny, le village a su tirer parti des 140 hectares de l’appellation en obtenant la classification en « Grand Cru » d’une quarantaine d’hectares.

Ainsi, les  4 grands « clos » de Morey-Saint-Denis sont rares et très recherchés par les amateurs de grands vins de Bourgogne.

« Small is beautiful »

Le Clos de la Roche

Situé au Nord de Morey, dans le prolongement des Latricières-Chambertin le clos n’a curieusement jamais été ceint de murs. 16 ha (dont 0,5 ha appartiennent aux Hospices de Beaune depuis 1991) sont exploités  par une trentaine de propriétaires.  L’origine du nom de l’appellation provient des sols essentiellement calcaires et des blocs de rochers sur lesquels elle se trouve.

Le Clos de la Roche est probablement le plus charpenté et le plus puissant des quatre comme le confirme Le Clos de la Roche du domaine Faiveley.

Le Clos de Tart

Resté pendant plusieurs siècles la propriété des religieuses cisterciennes de Tart, le Clos de Tart n’a connu que 3 propriétaires depuis…Le Moyen Âge !

Resté en monopole (c’est à dire une appellation possédée par un seul et même propriétaire, aujourd’hui la famille Mommessin) le Clos de Tart est aussi le plus vaste monopole de Bourgogne ! La propriété est régie par Sylvain Pitiot, qui élabore sur les quelques 7ha 53 ares un vin très structuré et tannique dans sa jeunesse pour se présenter, après quelques années de garde, avec une très grande élégance.

Recherché par les  amateurs du monde entier  le Clos de Tart fait immanquablement partie de votre liste d’acquisitions à prévoir pour se constituer une cave de Grands Crus.

Le Clos Saint-Denis

Entre le Clos de la Roche et le Clos des Lambrays, le Clos Saint-Denis qui était exploité par les chanoines de Saint-Denis, date du XIème siècle.

Les 6 ha et 62 a ne sont pas entourés de mur. Comme son voisin le grand Chambertin, le terroir se compose de sols bruns calcaires et de phosphore.

Une quinzaine de propriétaires dont le Domaine Louis Jadot pratiquent une micro-viticulture qui relève du travail d’orfèvrerie.

S’il possède en dégustation des caractéristiques communes à ses voisins (la cerise sauvage, l’airelle, la fraise, l’humus et le sous bois) le ‘Clos Saint Denis’ que l’on appelle « le Mozart de la Côte de Nuits » est souvent le plus délicat.

Le Clos des Lambrays

Si vous êtes un fidèle lecteur du blog, vous n’avez pas raté la nouvelle récente de l’acquisition du Clos des Lambrays par le groupe…LVMH !

Sur 8,30 ha, l’appellation (et le propriétaire) passe (nt) à côté de la classification en ‘monopole’ par le fait de ne pas avoir réussi à rassembler une parcelle de 420 m2 de la famille Taupenot.  En revanche, elle est  passée de ‘1er cru’ à ‘Grand Cru’ en 1981.

Il y a fort à parier que les méthodes du groupe de luxe feront grimper la cote de ce fleuron de la Côte de Nuits.

Corsé dans sa jeunesse, il peut parfois révéler quelques notes de truffe et de réglisse après 6 à 10 ans de maturation. Cavissima étant allocataire du domaine, ne ratez pas la sortie du millésime 2012 à venir.

Si vous ne pouvez pas dénicher ce quatuor de tête pour valoriser davantage votre cave à vin, n’hésitez pas à considérer également les très beaux Morey Saint-Denis en premier cru comme La Forge du Clos de Tart ou encore certain Village comme le propose Bruno Clair.

Dans tous les cas, vous ferrez l’acquisition de vins qu’il faut avoir dans une cave d’amateur éclairé !

John Euvrard sommelier conseil chez Cavissima, et Meilleur Ouvrier de France, vous propose de découvrir La Framboisière 2012 du Domaine Faiveley.

Profitez-en ! En ce moment le vin est en promotion !

Dans un millésime hétérogène tel que 2013 à Bordeaux, il semble parfois difficile de sélectionner ses vins pour la consommation ou pour l’investissement.

Faut-il vraiment avoir du Bordeaux 2013 dans sa cave ? La réponse est oui, mais la sélection doit être rigoureuse.

Afin de vous aider dans votre choix, Cavissima a analysé en détails la campagne Bordeaux 2013 et mis en place un système de notation sur 5 étoiles pour les vins plaisirs et les vins d’investissement.

Quels sont les critères de sélection des vins plaisirs ?

Tout d’abord, les vins du millésime 2013 sont des vins gourmands et légers qui seront à consommer plus rapidement que les Bordeaux 2012. Cependant, la dégustation En Primeurs a révélé de belles surprises. Il est difficile de faire des généralités sur les appellations donc notre analyse s’est effectuée par château.

Nos critères de sélection sont les suivants :

La qualité du vin

Des vins d’exceptions comme les Premiers Grands Crus Classés auront leur place dans le haut du classement avec 4 ou 5 étoiles en fonction des vins. Les notes des critiques nous serviront de base pour les vins que nous n’avons pas pu déguster.

Les grands vins blancs étaient très appréciés avec de très beaux souvenirs de dégustation. Ils bénéficient de très belles notes des critiques américains (Wine Advocate et Wine Spectator) mais aussi des critiques français Bettane & Desseauve ou encore la Revue des Vins de France. Nous pouvons prendre l’exemple de La Mission Haut-Brion ou encore Haut-Brion Blanc qui ont reçu les notes de 94-96 et 93-95 respectivement.

Du côté des rouges, nous pouvons noter les magnifiques Châteaux Léoville Las Cases et Ducru-Beaucaillou. Ces supers seconds méritent bien leurs 5 étoiles !

 Le rapport prix / plaisir

Le prix de vente aura également un impact sur notre note finale. Le Château La Confession, par exemple, nous a beaucoup séduits lors de la dégustation primeurs et son prix reste très sage. Il représente un excellent rapport prix/plaisir !

Comment choisir son Bordeaux 2013 pour investir ?

Tous les grands vins du millésime 2013 ne présenteront pas un fort potentiel de valorisation. Certains n’ont pas assez baissé leur prix de vente, pour d’autres châteaux c’est la qualité qui n’est pas au rendez-vous dans ce millésime difficile. En d’autres termes il va falloir être vigilant dans la sélection des vins pour votre investissement vin.

Nos experts vous recommandent de surveiller les indicateurs ci-dessous. Ce sont ces éléments qui, après une analyse poussée, nous ont permis d’attribuer une note investissement sur cinq étoiles.

1. L’avis des critiques

Outre la qualité gustative du vin, nous allons surtout suivre l’avis des critiques internationaux. Robert Parker et son équipe du Wine Advocate sont les premiers critiques à regarder. En effet, sa notation sur 100 influence le choix des acheteurs et donc va créer l’effet de rareté nécessaire à la prise de valeur. Pour le millésime 2013 c’est Neal Martin qui a publié ses notes sur le Wine Advocate. Les notes du Wine Spectator sont également à prendre en compte.

Nous vous suggérons de favoriser les notes supérieures à 90 points.

2. La valeur de la marque

La renommée d’un château va impacter la demande mondiale pour celui-ci. En effet, la quantité produite en 2013 est plus basse que les années précédentes suite aux tris nécessaires pour conserver la qualité optimale de ces grands vins. Une demande forte et/ou en augmentation aura forcément un impact sur la rareté du produit.

Un vin comme le Château Margaux est une référence en France comme à l’étranger, la demande est très grande pour ce vin. D’autres châteaux tels que le Château Pape Clément sont des valeurs montantes et méritent leur place dans votre cave d’investissement.

3. Le prix de sortie primeurs 2013

Le positionnement prix de chaque château est stratégique pour cette campagne Primeurs. Nous avons enregistré une baisse moyenne de 8% par rapport au prix de sortie primeurs 2012.

Il est également intéressant de comparer ces prix avec les prix de sortie du millésime 2008. En effet, lorsque les millésimes 2009 et 2010, années d’exceptions sur Bordeaux, ont été mis en vente les prix se sont envolés. Il est donc normal que les prix redescendent à un tarif plus classique.

Pour vous aider nous avons mis en avant les variations dans notre catalogue Primeurs.

Comment évaluer un Bordeaux 2013 ?

Les évolutions passés ne présagent pas des évolutions futures mais si vous souhaitez analyser des courbes, nous vous conseillons de regarder les variations de la cote du millésime 2008 (disponible dans la boutique investissement pour les clients Cavissima).

Le millésime 2013 ne sera pas le millésime du siècle mais en sélectionnant minutieusement vos achats grâce à notre analyse, vous pourrez avoir de beaux moments de dégustations ou faire un bel investissement vin. N’hésitez pas à contacter notre équipe d’experts pour plus de renseignements.

Après la nouvelle dégustation de Robert Parker, ce dernier a renoté les vins de Bordeaux du millésime 2011.

Retrouvez la réaction de Thierry Goddet, président de Cavissima, sur BFM Business.

Toutes les interventions de Thierry Goddet sont à retrouver sur notre chaîne Youtube.