Vins Bordeaux primeurs 2015

Publié le 25 mars 2014 Dans : Investir dans le vin : toutes les infos utiles, Les actualités du vin Avec 620 Vues

La Chine et le vin

En 2013, les ventes de vins de Bordeaux en Chine sont en régression sensible pour 2013 et ont enregistré pour la première fois un repli de 18% en valeur et de 16% en volume (source CIVB). Cette baisse est consécutive à 10 années de progression importante qui ont abouti à en hausse de 100% des exportations.

L’effet d’annonce est énorme dans le monde du vin. Mais étudions plus finement cette évolution.

La demande pour les Grands Crus de Bordeaux et notamment les 1ers Grands Crus chute effectivement.
Une première explication a pu parfois être mise en avant. Ce phénomène aurait été lié à tort aux négociations bilatérales entre la Chine et l’Europe sur le thème panneaux solaires contre le dumping anti-vin. En réalité, certains joyaux de nos terroirs, Château Lafite-Rothschild par exemple, étaient devenus une monnaie d’échange entre gens fortunés de l’Empire du Milieu : le vin s’offrait en cadeau dans un magnifique panier d’osier contenant plusieurs merveilleux produits.
Pire, il a fait l’objet d’une rapide spéculation, créant autour de quelques références une vraie bulle.

Or le nouveau gouvernement chinois, ayant décidé de s’attaquer à la corruption, a fait passer une loi interdisant la pratique de ces luxueux cadeaux d’affaire.
Immédiatement, les ventes de nos pépites ont chuté et les cours de s’effondrer. La bulle spéculative a donc éclaté. Fin de la première partie.

La consommation de vin en Chine : une tendance de fond positive

Cependant, il est également intéressant de souligner que la consommation de vin en Chine progresse toujours et s’installe durablement dans les modes de vie. Le train est en marche. Les bars à vins se multiplient. Le vin (rouge de préférence) est en train de remplacer les alcools locaux et la bière. C’est une boisson culturelle. Les clubs et écoles de dégustation ne désemplissent pas. Les cavistes fleurissent pour faire face à une demande toujours plus forte.
La Chine est désormais le 1er consommateur de vin dans le monde. Et ne boudons pas notre plaisir : la France est le 1er exportateur en Chine. Notre pays présente une dimension prestigieuse forte est notre position n’est pas menacée. Nos plus grands critiques, à l’instar de Michel Bettane et Thierry Desseauve animent régulièrement avec succès des ‘Master Class’ de prestige pour les passionnés de Grands Crus…Les salles de cours font l’objet d’une longue liste d’attente.

Le vin pour être dégusté et non plus comme objet de collection !

Cette évolution dans le mode de vie chinois est particulièrement intéressante.

Le vin est désormais acheté pour être dégusté et non pas comme objet de collection. Voilà le signal que tous les professionnels du vin et de l’investissement dans le vin attendaient car, seule, la destruction positive, via la consommation, est à la base d’une véritable et solide prise de valeur. Plus le grand vin est consommé, plus il devient rare. En changeant de main, le grand cru s’apprécie et les cours augmentent mécaniquement, régulièrement et sainement en fonction de la loi de l’offre et la demande, en nous préservant de bulles spéculatives abusives. Plus il a du potentiel de garde, plus le vin de garde voit sa prise de valeur effective.

Quels enseignements pour l’investissement dans le vin ?

Le métier d’un conseil en vin d’investissement consiste à connaître le marché du vin au niveau mondial et à le surveiller.
Même si les cours des 1ers Grands Crus ont reflué, il nous semble encore totalement risqué de proposer à l’achat ces vins dans les millésimes 2009 ou 2010. « Sur ces millésimes, l’équipe de Cavissima a d’ailleurs préféré proposer à ses clients de porter leurs achats sur les « Super Seconds » : ces Grands Crus comme Château Léoville Poyferré ou Smith-Haut-Lafitte ayant pris des notes de 100/100 du classement Parker » précise Thierry Goddet, le fondateur de Cavissima.

Le résultat est cinglant ! Ces produits se sont avérés bien plus résistants et se sont appréciés de 160% en moyenne (cote WineDecider) quand les 1ers Grands Crus n’ont gagné que 10% après s’être apprécié de 50%.

« Nous n’avons donc pas attendu les messages d’alerte portant sur la présence (ou la fin) d’une bulle spéculative sur les 1ers Grands Crus Classés de Bordeaux , pour appeler à une grande prudence sur le marché du vin en général et sur celui des grands crus en particulier » explique Thierry Goddet. « La prudence impose depuis toujours – et quel que soit le marché considéré – de faire appel à une équipe d’experts dont la mission consiste précisément à protéger ses clients de mauvais choix et à apporter de la valeur».

Si l’investissement dans le vin comporte différents types de risques, il convient de garder à l’esprit que la constitution d’une cave à vins est avant tout un plaisir. Une cave d’investissement en pleine propriété permet de se constituer un patrimoine destiné à prendre de la valeur ou à être consommé. Ce second cas n’est pas toujours la pire solution : déguster sa propre cave laisse bien souvent un joli gout dans la bouche.

fiche autheur Thierry Goddet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *