Vins Bordeaux primeurs 2015
vignes-bourgogne-sd
vignes-bourgogne-sd

Publié le 28 juillet 2011 Dans : Culture générale du vin, Œnologie Avec 3246 Vues

Les vins de Bourgogne peuvent enrichir votre cave de vieillissement

Mettre des vins de Bourgogne dans sa cave de vieillissement ?

La constitution d’une cave de vieillissement est un rêve pour beaucoup, mais peut se révéler intimidant à premier abord. Savoir reconnaitre un vin de garde, il est vrai, demande une certaine expertise. Toutefois, avec quelques notions de base, vous saurez vous aussi dénicher les crus qui gagneront en complexité et en raffinement avec les années. Dans cette série, nous étudierons les différentes régions viticoles, en commençant avec les grands vins de garde de la Bourgogne.

Les appellations

La Bourgogne compte 100 AOC différentes, dont 36 vignobles spécifiques classés en « grand cru ». Ils portent des noms mythiques tels que la Romanée-Conti, Chambertin, Clos Vougeot, Musigny, mais aussi le Montrachet ou Corton-Charlemagne en blanc. Ces rares grands crus représentent le sommet des vins de Bourgogne, avec des gardes exceptionnelles, nécessitant même une dizaine d’années avant de pouvoir commencer à être apprécier. Il en va de même pour les grands crus de Chablis, plus septentrionaux. La rareté a un prix toutefois, et les amateurs moins fortunés se tourneront vers des appellations communales et leurs premiers crus, plus abordables que les grands crus, mais tout aussi intéressantes.

Pour les rouges, les Pinot Noirs de la Côte de Nuits offrent le plus grand potentiel de garde. Les vins des communes de Gevrey-Chambertin, Morey-St-Denis, Chambolle-Musigny, Vosne-Romanée ou Nuits-Saint-Georges peuvent facilement se bonifier sur dix ans, voire même une vingtaine d’années et plus pour les meilleurs premiers crus. En Côte de Beaune, même si le Pommard a sa place parmi les grands rouges de garde, ce sont surtout les blancs de Chardonnay qui attirent les collectionneurs. Sur les communes de Meursault, Chassagne-Montrachet et Puligny-Montrachet, les vins sont à encaver aussi longtemps que les rouges cités plus haut. Il va de même pour les meilleurs premiers crus de Chablis et certains climats de Pouilly Fuissé.
Enfin, les amateurs pourront prendre un réel plaisir avec des bouteilles d’appellations plus modestes. Les vins d’AOC Côte de Nuits Villages, Marsannay, Saint-Romain ou Auxey-Duresses, sans oublier les communes de la Côte Chalonnaise, comme les Mercurey ou Givry, atteindront leur apogée dans les cinq premières années et offrirons dès lors tous les charmes d’un vin à maturité.

Les millésimes

Avec son climat continental, la Bourgogne est particulièrement sensible à l’effet millésime, qui affectera grandement le potentiel de garde des vins. Certains millésimes très structurés et taillés pour la garde, comme 2005, devront obligatoirement passer en cave pour intégrer leurs tannins, alors que les années d’avantage sur le fruit, 2006 ou 2007 par exemple, seront déjà agréables à boire dans leur jeunesse.
Les millésimes dits classiques, tel que 2008, auront une acidité et minéralité plus marquées qui prolonge aussi la durée de vie des vins (et des blancs en particulier), alors que les millésimes très solaires comme 2009 sont souvent plus hétérogènes, produisant de très grands rouges de garde, mais aussi parfois des vins trop mûrs qui manqueront d’acidité sur le long terme. Mieux vaut, dans ce cas, s’en tenir au producteurs fiables et prendre le conseil d’un sommelier pour savoir comment évolueront ces vins en cave.

fiche autheur Thierry Goddet

1 Responses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *