Vins Bordeaux primeurs 2015
Dégustation Bordeaux primeurs 2015 : les impressions de Cavissima
Dégustation Bordeaux primeurs 2015 : les impressions de Cavissima

Publié le 8 avril 2016 Dans : L'actualité de Cavissima, Tout sur les vins Primeurs Avec 2637 Vues

Les impressions du Bordeaux Primeurs 2015 par Cavissima

De retour de Bordeaux où notre équipe de dégustateurs, mené par John Euvrard, a pu déguster pas loin de 150 cuvées en deux jours, voici nos impressions des Bordeaux Primeurs 2015.

Premières impressions du Bordeaux Primeurs 2015 : un millésime de grande garde, plutôt homogène et de très haute qualité

Ce qui caractérise ce millésime 2015 à Bordeaux, c’était tout d’abord une floraison précoce, homogène et sans coulure, suivie d’une véraison également homogène. Les mois de mai, juin et juillet ont été très secs, et la pluie de début août est venue relancer le cycle végétal. Les mois d’août et septembre furent ensoleillés mais pas trop avec des nuits fraîches – tout ce qu’il fallait pour affiner la maturité des raisins. Dans le Nord du Médoc (partie nord du Pauillac et Saint-Estèphe) des incidents pluvieux sont venus contrarier les vendanges et redonner du jus aux baies.

Un Millésime comparable à celui de 2005, 2009 et 2010

Ce qu’il en ressort, c’est que partout à Bordeaux, on a pu vendanger des raisins dans un très bel état sanitaire. Des petits grains à la peau épaisse apportant une remarquable matière tannique.  Le millésime est comparable à 2005, 2009 et 2010. Il sera cependant moins austère que 2005 et 2010, et moins solaire que 2009. 2015 sera plus facile à boire dans sa jeunesse.

Sur la rive droite, le cépage majoritaire Merlot est arrivé à parfaite maturité. Les vins sont plus concentrés et d’un degré alcoolique approchant 14°. La palme revenant à Pomerol. Sur la rive gauche, les Cabernets Sauvignon, cépage majoritaire, ont pu être vendangés également en pleine maturité, offrant un degré d’alcool plus modéré. Les vins de l’appellation Margaux nous ont particulièrement charmés.

Un retour vers le « terroir » appréciéImpressions du Bordeaux Primeurs 2015 : Cavissima déguste le Château d'Iquem

A ce propos, nous avons été heureusement surpris de constater qu’un grand nombre de vins ont fait l’objet d’extractions douces – privilégiant la qualité du tanin à une concentration excessive. L’utilisation quasi-systématique de bois neuf est désormais abandonnée pour là aussi préciser la finesse apportée par le raisin. Les années « Parker » avec des vins body-buildées seraient-elles révolues au profit de vrais vins de terroir ?

Côté rendement, c’est également un millésime assez intéressant, car les rendements sont souvent très élevés (Saint-Julien et Margaux), parfois un peu plus modérés (Pessac Léognan) mais généralement tout à fait acceptable.

De nouvelles méthodes au bénéfice de la qualité du vin

Par ailleurs, nous avons longuement discuté avec les responsables techniques et constaté que de nombreux domaines s’initient à la biodynamie et annonceront des conversions sans tarder, à l’instar du Château Smith Haut Lafitte et de Brane Cantenac. Comme tous ces grands millésimes, le terroir justifie la qualité du vin. La hiérarchie qualitative sera respectée, même si, dans chacune des appellations nous avons nos coups de cœur que nous souhaitons partager avec vous.

Vous retrouverez le détail par appellations de nos notes de dégustations sur notre prochain article mais saluons dès à présent la réussite extraordinaire des vins du Château Cheval Blanc (une quasi-perfection, une émotion intense !), du Château Margaux et des Châteaux Lafleur et Lafleur-Pétrus (Pomerol)… A suivre.

Tous les indicateurs sont donc au vert pour ces primeurs tout comme l’indiquait le marché !

Retrouvez nos dégustation des Bordeaux Primeurs 2015 Rive gauche et Rive droite sur nos articles annexes.

 

fiche autheur Thierry Goddet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *