Vins Bordeaux primeurs 2015
Le Domaine de la Pousse dor (Bourgogne) vu depuis les vignes
Le Domaine de la Pousse dor (Bourgogne) vu depuis les vignes

Publié le 24 juin 2015 Dans : A la découverte du monde du vin, Les dégustations de vin des professionnels et des sommeliers Avec 1289 Vues

L’appellation Volnay compte de très nombreux vignerons décidés à faire bouger les lignes. Nous nous étions rendus il y a deux ans au Domaine Delagrange et avions pu déguster des cuvées remarquables de fraîcheur et de fruit. Accompagnez-nous cette fois-ci au Domaine de La Pousse d’Or, en plein cœur du village.

Le Domaine de la Pousse d'or (Bourgogne) vu depuis les vignes

Domaine de La Pousse d’Or : histoire

La petite histoire nous rappelle que ce domaine est fort ancien. Selon les historiens, le domaine était déjà connu au 4ème siècle, et les premiers écrits citant le domaine sont des chapitres capitulaires qui remontent à l’an 1100.

Au début du 19ème siècle, son propriétaire possédait deux domaines : La Pousse d’Or et la Romanée Conti. Ce premier était d’ailleurs mieux coté que ce second !

 

Portrait de Patrick Landanger

Patrick Landanger, l’heureux propriétaire de la Pousse d’Or

L’innovation au service du vin et de son élégance

Plus récemment, en 1997, c’est Patrick Landanger qui est devenu seul propriétaire du domaine. Cet ingénieur de formation a entrepris de réels travaux tant dans la vigne que dans les chais et a mis tout son génie créatif pour moderniser les vins et les hisser au sommet de la hiérarchie. En rachetant le domaine, il met la main sur 4 parcelles de très belles tailles en Volnay 1er cru (2 à 3 ha chacune), dont 3 sont monopole de la maison. Parmi celles-ci le fameux Clos des 60 Ouvrées, l’un des joyaux de l’appellation Volnay.

Tout de suite, Monsieur Landanger convertira le domaine en agriculture biologique. Et c’est en septembre 2014 qu’il décide de basculer en agriculture biodynamique.

Qu’est-ce que la biodynamie?

L’agriculture biodynamique, appelée communément biodynamie, est un système de production agricole.
Cette méthode a pour idée de départ le concept « d’organisme agricole » qui consiste à regarder tout domaine agricole comme un organisme vivant, le plus diversifié et le plus autonome possible, avec le moins d’intrants en ce qui concerne le vivant (plants, semences, fumure…). Cette méthode utilise des préparations à base de plantes afin de soutenir un bon processus végétatif et limiter le développement des parasites. Elle se caractérise également par le respect de l’influence du calendrier lunaire qui dicte l’exécution des différents traitements.
Source : Wikipedia

 

Ne pas brusquer le vin grâce au système gravitaire

C’est au chai que les principales révolutions se produisent. Le principe est simple : il ne faut pas brutaliser le vin par un pompage maltraitant.

Tout d’abord, utilisant la déclivité offerte par la colline, Patrick Landanger reconstruit les différentes caves en niveaux de sorte que tout soit gravitaire. La vendange triée manuellement et par tri optique (phénomène rarissime en Bourgogne) arrive par le toit, elle glisse dans les cuves de vinification pour une macération courte ; les moûts sont versés dans les fûts d’élevage situés au-dessous pour une douzaine de mois. Puis, l’élevage terminé, le vin est ré-homogénéisé dans des cuves inox pour une durée de 3 mois.

 

La carafe à ouiller : une innovation signée Landanger

Les carafes à ouiller inventées par M. Landanger

Les carafes à ouiller mises au point par P.Landanger

De la même façon, Patrick Landanger invente la carafe à ouiller (ou « ouilleur », voir photo ci-dessous). Partant du principe que l’ouillage régulier est nécessaire au remplissage des futs mais constitue un risque d’oxydation du vin, il fait concevoir des carafes en verre posées en lieu et place de la bonde. La carafe, munie d’une capsule amovible en silicone accueille le stock tampon. Elle permet de vérifier le niveau du vin et l’évolution de la fermentation alcoolique sans avoir à ouvrir la bonde. Le vin se trouve ainsi totalement privé d’oxygène pendant toute la durée de l’élevage. Rappelons que la gestion de l’oxygène est un paramètre crucial pour tout vigneron décidé à donner de la garde à ses vins.

 

Le moment de dégustation

Nous dégustons dans le millésime 2013 plusieurs cuvées dont le Volnay 1er Cru Clos de la Bousse d’Or, le Volnay 1er cru Clos des 60 Ouvrées (grande matière et légèrement épicée), le Pommard 1er Cru La Jarolière (remarquable) et le fameux Corton Grand Cru Clos du Roy.

A l’évidence les vins présentent tous un nez subtil et fin. Les bouches sont délicates : le style de la maison est bien établi. Les vins de la Pousse d’Or sont ronds, élégants et d’un soyeux remarquable.

Nous sommes là à déguster dans une très grande maison.

La visite s’achève, nous refaisons surface, le ciel est bleu et le soleil nous aveugle. Le rêve est fini, il faut reprendre la route de Lyon, les papilles toutes excitées par le fruité délicat de ces pinots noirs.

 

Les vins du domaine de la Pousse d’Or chez Cavissima

Nous attendons avec impatience les allocations de cet excellent vin qui nous seront attribuées dès cet été ! D’ici là, il vous faudra patienter avec le Volnay Monopole 1er Cru Clos des 60 ouvrées 2009 disponible sur Cavissima.

Nous remercions le Domaine de la Pousse d’Or pour l’utilisation des images.

Vous aussi vous avez visité ce domaine ou apprécié ses vins ? Partagez votre expérience, laissez un commentaire !

 

fiche autheur Thierry Goddet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *